332, Chemin Industriel, Unité 3 Gatineau, QC J8R 3N9 | T : (819) 643-2391 | info@vitreriedelavallee.com Google+LinkedInLinkedInLinkedIn instagraminstagram

Préparer sa maison pour l’hiver

Construction worker installing window in house

Les quelques mois d’automne sont le meilleur moment pour porter une attention particulière au calfeutrage et à l’isolation autour de vos fenêtres. Si le joint est décollé, si sa surface est fendillée, s’il est déchiré par endroits, il faut prendre les moyens nécessaires pour limiter les dégâts et réparer le plus rapidement possible.

Calfeutrage et infiltration d’eau

Les joints d’étanchéité qui sont en mauvais état sont vulnérables aux l’infiltrations d’eau. Si l’infiltration perdure depuis un bon moment, il est probable que des dommages aient déjà été causés à votre insu. L’eau de pluie profite de la moindre fissure pour faire son chemin vers l’intérieur, une goutte à la fois, et davantage encore si elle est poussée par le vent.

Les signes d’infiltration peuvent prendre des années avant d’être observable. C’est pourquoi, en tant que propriétaire, il faut donc être attentif aux signes pouvant témoigner d’une infiltration d’eau (décollement de la peinture sous la fenêtre, traces de moisissures, panneau de plâtre gondolé, etc.).

Pour un joint durable

Suivant l’idée qu’il vaut mieux prévenir que guérir, l’inspection et l’entretien périodique demeurent les meilleures options. La durabilité des joints dépend de plusieurs facteurs, dont la préparation de la surface.

Pour assurer un travail de qualité, on doit absolument retirer le vieux bourrelet de calfeutrage et nettoyer les surfaces à calfeutrer, pour ainsi réinstaller le produit de calfeutrage.

Produit et application

Pas question ici de faire de petites économies. Il faut opter pour un produit de qualité au risque d’avoir à reprendre le travail tous les deux ans.

Il importe également de respecter les températures d’application recommandées par le fabricant (généralement entre 5 °C et 25 °C) et porter une attention particulière au lissage du joint (pas trop mince, et à 45°). On évite les bourrelets trop épais qui ont le désavantage de retenir la poussière.

Le facteur temps

Les matériaux d’une maison ne sont pas inertes. Ils se dilatent et se contractent en fonction des variations de température. C’est pourquoi un matériau d’étanchéité nouvellement appliqué demeure flexible après séchage. Son élasticité est cependant mise à rude épreuve.

Les rayons du soleil, les cycles de gel et de dégel, la poussière et la pollution sont sans pitié. Aussi, le calfeutrage d’une fenêtre orientée plein sud risque de s’abîmer plus rapidement que celui d’une fenêtre située du côté nord, cette dernière étant soumise une exposition au soleil et à des écarts de température moindres.

Sceller à l’intérieur

L’étanchéité des fenêtres s’assure des deux côtés de l’enveloppe du bâtiment. À l’intérieur de la maison, l’application de calfeutrement autour des fenêtres permet de réduire les pertes de chaleur et, par conséquent, la facture de chauffage. Quoi qu’il en soit, l’inspection régulière des joints de calfeutrage, à l’automne ou au printemps, est de mise pour bien protéger son investissement.

Leave a Reply